logo
Fin 2012, un consortium européen piloté par l’avionneur français Dassault dévoile un démonstrateur futuriste de drone armé furtif et autonome. Un an plus tard, en décembre 2013, le géant américain Amazon fait le « buzz » en annonçant qu’il utilisera des drones pour livrer ses colis d’ici quelques années. Au même moment, l’Agence internationale de l’énergie atomique déclare qu’à partir de 2015, des drones seront utilisés pour mesurer les radiations à Fukushima. Quelques exemples, parmi tant d’autres, qui illustrent l’inexorable percée des aéronefs sans pilote, aussi bien sur les théâtres d’opérations militaires que dans le ciel civil. Capables d’embarquer de multiples radars, caméras et capteurs, ces appareils sont utilisés pour des missions de renseignement et de surveillance mais aussi pour la collecte de données scientifiques. Et ce n’est pas fini. Demain, ils seront dotés d’une intelligence artificielle pour coopérer entre eux et fonctionner de façon encore plus autonome, pouvant même prendre l’apparence d’insectes pour se rendre plus discrets.